ROMAIN

IMG_9704 copie
IMG_9591 copie
IMG_9628 copie
IMG_9603 copie
IMG_9600 copie
IMG_9688 copie
IMG_9695 copie
IMG_9601 copie
IMG_9602 copie
IMG_9660 copie
IMG_9639 copie
IMG_9642 copie
IMG_9649 copie
IMG_9712 copie
IMG_9668 copie
IMG_9675 copie

La bibliothèque – Romain aime la musique. Celle qu’on écoute et celle qu’on fait. En entrant dans le salon, le regard tombe sur des guitares, une grande discothèque et la platine vinyle, ouverte, comme une invitation à placer la galette noire. Les livres, eux, sont dans la chambre.

La bibliothèque, pour Romain, c’est sacré. Presque autant que les livres qu’il garde toujours après lecture. Il a l’intégralité des œuvres étudiées et lues au lycée ou pendant ses études. Son exemplaire des Illuminations de Rimbaud appartenait même à sa mère. Dans la bibliothèque, sur les livres, devant les livres, derrière les livres, on trouve aussi divers objets qui évoquent chacun des souvenirs : un sac de billes de son enfance, les appareils photo de son grand-père, le cadeau de son meilleur ami pour ses 8 ans… Mais ce n’est pas un autel figé, on trouve aussi les livres récents et tout ce que Romain aime amasser. Son histoire continue à être racontée.

Écouter et lire –  Quand la musique entre dans la vie de Romain – à l’adolescence –, il devient quasiment boulimique : il lui faut tout connaître, tout entendre. Aujourd’hui, il se concentre davantage sur ce qu’il aime vraiment. Cette soif de découverte, Romain l’a eu aussi avec la littérature qu’il regrette d’avoir découverte trop tardivement. Pendant des années, reconnaît-il, il a lu tout ce qu’il pouvait, sans faire véritablement de choix, comme pour rattraper un retard.

Maintenant, il est plus exigeant, il choisit selon son goût qui le conduit naturellement vers la littérature américaine – qui ressemble à la musique qu’il aime écouter. Capote, Faulkner, Roth, Hammett. On trouve dans ces livres des atmosphères et des personnages qui correspondent à l’image que Romain se fait de l’Amérique. Mais il reste ouvert : « Après avoir lu De Sang-Froid de Truman Capote, j’ai lu L’adversaire d’Emmanuel Carrère. » explique-t-il. Il y a une cohérence. Ces deux livres sont des romans dans lesquels l’auteur enquête sur des faits réels.

Un souvenir – Une scène tirée de son enfance. Dans l’appartement familial, il y avait des livres partout. Sa mère avait toujours un livre à la main. Le dimanche, elle délaissait son livre, ouvrait en grand les fenêtres, plaçait un vinyle sur la platine – que Romain a toujours, d’ailleurs – et s’occupait de son intérieur. C’étaient toujours les mêmes albums qu’elle écoutait : le double Best Of d’Elton John, Dire Straits et Francis Cabrel. Romain s’allongeait alors sur le grand lit de sa mère et lisait et relisait les paroles des chansons imprimées au dos de disques. Déjà, lecture et musique allaient de pair. Normal : les disques comme les livres racontent des histoires.


QUELQUES LIVRES À EMPRUNTER À ROMAIN :

De sang-froid de Truman Capote, Gallimard, 1972 : en écrivant un roman à partir d’un fait divers – un quadruple meurtre dans le Kansas des années 60 – Truman Capote crée un genre littéraire.

Marche ou crève de Stephen King, Albin Michel, 1989 : « pour la dimension sociologique et non pour l’épouvante ». Romain aime chez Stephen King sa façon de poser un décor, de représenter l’Amérique.

La revue Magic : une revue musicale pop et rock indépendant. Romain y est abonné depuis plus de 15 ans

Chroniques de Bob Dylan, Fayard, 2005 : premier volet d’un triptyque autobiographique.

L’adversaire de Emmanuel Carrère, POL, 2000 : Emmanuel Carrère raconte et essaie de comprendre l’affaire Jean-Claude Romand – un homme qui a menti à tous pendant 18 ans avant de massacrer sa famille.

Moisson Rouge de Dashiell Hammett, Gallimard, 1932 : un roman policier américain. « C’est très cinématographique, quand je lis ça, je vois Humphrey Bogart qui me parle !»


SES BONNES ADRESSES :

Pour les vinyles : Lollipop Music Store (2 boulevard Theodore Thurner, 13006 Marseille) et Galette Records (31 rue des Trois Rois, 13006 Marseille).

Retine argentique : ce sont les meilleurs pour le développement de vos belles images en argentique comme en numérique (85 rue d’Italie, 13006 Marseille).

Michel Fauveau : peut-être l’une des dernières personnes à Marseille à pouvoir réparer un appareil argentique (36 rue Coutellerie, 13002 Marseille).

La librairie L’odeur du temps : pour la belle sélection de littérature mais aussi de sciences humaines, les bons conseils des libraires et un joli décor (35 rue Pavillon, 13001 Marseille).

Vous aimerez aussi !