CAROLINE & VALENTIN

IMG_3809 copie
IMG_3869 copie
IMG_3849 copie
IMG_3856 copie
IMG_3857 copie
IMG_3823 copie
IMG_3804 copie
IMG_3850 copie
IMG_3801 copie
IMG_3786 copie
IMG_3824 copie
IMG_3887 copie
IMG_3866 copie
IMG_3893 copie
IMG_3833 copie
IMG_3846 copie
IMG_3834 copie
IMG_3829 copie
IMG_3838 copie
IMG_3826 copie
IMG_3874 copie
IMG_3854 copie
IMG_3852 copie
IMG_3906 copie

La bibliothèque – « En vous attendant, j’ai réalisé que nous vivions réellement dans les livres » confesse Valentin, confortablement installé dans un grand et lumineux salon. Au milieu, se trouve également son bureau. « Au contraire, je me demande si nous en avons tant que ça ? » modère Caroline. On va les mettre d’accord. Récapitulons : Ici, une grande bibliothèque contenant la littérature française et étrangère avec caissons d’étagères coulissants. Dans l’entrée, une bibliothèque de livres d’art et de musique. Des livres de cuisine dans la… cuisine. Les sciences humaines se trouvent dans le couloir qui mène aux chambres. Le design de cette bibliothèque interpelle. « C’est la bibliothèque idéale pour les appartements parisiens » précise Caroline. Trouvée au Conran Shop, elle permet de stocker des centaines de livres avec un encombrement minimum. On poursuit par les chambres. D’abord celles des enfants, Elie, quatre ans et Hermès, neuf ans. Naturellement, on y trouve des livres. Puis la chambre de Caroline et Valentin. Et là, surprise ! Il y a peu d’ouvrages et seulement d’un côté du lit. « Je ne lis pas au lit, sinon je m’endors » explique Valentin. Retour au salon pour le bilan : on est bien obligé de donner raison à Valentin ; ils vivent au milieu des livres. Et d’ailleurs, il parlait en connaissance de cause, c’est lui qui se charge de l’organisation des bibliothèques. Il précise que dans le salon, les ouvrages sont classés chronologiquement, alors que pour les sciences humaines, il privilégie un classement par genre. « Souvent j’attrape un livre et le remets un peu au hasard » confie Caroline. « Mais je repasse derrière et le remets à sa place » assure Valentin pour qui le désordre dans la bibliothèque peut être source d’angoisse.

Lectures – Ils vivent donc dans les livres. Mais est-ce si surprenant quand on sait que Valentin est écrivain et qu’il collabore à la revue Ligne de risque ? Ses lectures dépendent beaucoup du thème du prochain roman. « J’ai des obsessions. Des cycles qui durent quelques mois. En ce moment je lis tout ce que je peux sur Chrétien de Troyes ». Il lit aussi beaucoup de littérature – « c’est là où se rejoignent poésie et pensée » – de théologie – « ça nourrit ma vie » et s’intéresse aux formes de pensées autres qu’occidentale. Dans les marges des ouvrages qu’il aime, on trouve de minuscules notes manuscrites. « Au début, ça me gênait un peu d’écrire dans les livres. Ça ne se faisait pas. Puis j’ai décidé de ne pas me laisser influencer par la bienséance ! » Caroline a une formation de philosophie et travaille dans une grande maison d’édition de sciences humaines. « Mais je lis tout autant de littérature ». Elle vient de commencer La charrue de feu de Eli Chekhtman, un roman yiddish. « Et je sors tout juste d’une période biographie  avec trois grands livres» nous dit-elle en nous montrant Suivez-mon regard de l’actrice Anjelica Huston, Beautiful people d’Alicia Drake qui fait le portrait croisé de Yves Saint-Laurent et Karl Lagerfeld et Roland Barthes de Tiphaine Samoyault. Les goûts de Caroline et Valentin se croisent plus qu’ils ne se rencontrent. Mais on trouve des auteurs et des livres qu’ils apprécient ensemble, comme Cristina Campo, découverte avec Les impardonnables. « Sur le temps, la transmission, les générations, c’est beau à pleurer. » Autre livre qui les met d’accord : L’annonciation italienne de Daniel Arrasse. « Nous avons une grande passion commune pour l’Italie et l’annonciation de Fra Angelico. »

Pour les enfants – Dans quelques mois débuteront des travaux dans l’appartement. « Nous avons des projets de réaménagement, explique Caroline, et parmi eux l’envie d’intégrer une bibliothèque pour les enfants dans le salon. » Hermés et Elie sont de grands lecteurs et ils n’ont plus de place dans leur chambre. « Nous voulons qu’ils aient une bibliothèque accessible, où ils puissent chercher un livre pour le lire et relire. » Caroline attrape un album : La source des jours de Mélanie Rutten aux éditions Memo : « C’est tellement poétique, j’ai un plaisir fou à le lire avec eux ». Une chose est sûre, la nouvelle bibliothèque profitera à toute la famille.


QUELQUES LIVRES À EMPRUNTER À CAROLINE ET VALENTIN :

À pas aveugles de par le monde de Leïb Rochman, Denoël, 2012 : Ce chef-d’œuvre de la littérature yiddish (publié en Israël en 1968) s’ouvre au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, parmi les cendres, les corps disloqués, dans la froideur d’une terre sans Dieu. Le héros vogue de lieu en lieu. Chaque ville fait naître des romans dans le roman, où se croisent des dizaines de personnages – ceux qui ont connu «les Plaines», comme l’auteur nomme les lieux d’extermination, et les autres, les épargnés. Les premiers tentent de vivre, mais demeurent à tout jamais des êtres de souvenir ; les seconds souhaitent juste oublier. Puis les bourreaux, à leur tour, resurgissent. Entre ces hommes, entre les morts et les vivants, se tissent des liens : des drames anciens ou nouveaux éclatent, les sentences tombent.

Monsieur Ouine de Georges Bernanos, Plon, 1946 : Ce roman, souvent considéré comme le sommet de l’art de Georges Bernanos, relate le quotidien d’un village où un crime suscite les suspicions et les dénonciations anonymes, pour finalement conduire le lecteur à la fin d’un monde par le truchement du désespoir d’un prêtre. Mais le coupable ne serait-il finalement pas le village lui-même, pris dans son écheveau de curiosités et de haines ? À travers les conflits des personnages, sur fond de crime non élucidé, Georges Bernanos s’attache à rendre l’opacité du mal.

Je cherche l’Italie de Yannick Haenel, Gallimard, 2014 : « « Je cherche l’Italie est le récit d’une expérience. J’ai vécu quatre ans à Florence, entre 2011 et 2014. Découverte éblouie d’une ville d’art, entièrement tournée vers ses fresques, ses sculptures, ses églises. Choc, en même temps, de la « crise » qui frappe avec violence les Italiens, et dévaste leur culture. » Yannick Haenel

Suivez mon regard de Anjelica Huston, L’Olivier, 2015 : Anjelica Huston revient sans détour sur ses amours et sa carrière. Derrière la star, on découvre une femme émouvante, non conformiste, douée d’un vrai sens de l’observation. Illustré de nombreuses photos personnelles, cet autoportrait sensible est une peinture passionnante du nouvel Hollywood… et de ses coulisses.

Roland Barthes de Tiphaine Samoyault, Seuil, 2015 : Fondée sur un matériau inédit jamais exploré jusqu’ici (archives, journaux, agendas), cette biographie de Barthes éclaire d’un jour nouveau ses engagements, ses refus, ses désirs. Elle détaille la quantité des objets dont il a parlé, les auteurs qu’il a défendus, les mythes qu’il a épinglés, les polémiques qui ont fait sa célébrité, l’écoute des langages de son temps. Et sa puissance d’anticipation?: si on aime tant le lire encore, c’est qu’il a exploré des territoires originaux et qui sont aujourd’hui les nôtres. «Un bijou et un travail universitaire monstre ! »

Beautiful people de Alicia Drake, Denoël, 2008 : A travers une enquête exceptionnelle l’auteur livre le portrait croisé de deux personnages d’exception mais aussi d’une époque dont ils ont été les pivots. Elle offre ainsi la chronique inédite, incisive, parfois cruelle, d’un moment singulier de notre histoire – ses obsessions, ses ambitions, sa quête insensée du beau, sa décadence, sa tragédie.

Bookcase

“While waiting for you, I realised that we are living amongst books” confesses Valentin, seated in a spacious and luminous living room. “In the opposite, I wonder if we do have that much books?” says Caroline. Let’s be the arbitrators. Here is the situation: a big bookcase with French and foreign literatures, made of sliding panels of shelves in the living room. In the hallway, a bookcase with art and music books. Cookbooks in the kitchen. Non fiction books are in the corridor that leads to the bedrooms. We stop one minute on the design of this non fiction bookcase. “This is the perfect bookcase for Parisian apartments” comments Caroline. Found at the Conran Shop, it can stock hundreds of book in a minimum of volume. We pursue the visit with the bedrooms. The ones of the children, Elie, 4 year-old, and Hermes, 9 year-old. Many books in there. And Caroline and Valentin’s bedroom. There, surprise! Only a few books and only on one side of the bed. “I never read in bed” explains Valentin. Back to the living room for the verdict: Valentin was right, they live surrounded by books. Obviously, he knew what he was talking about since he is the one who keeps the bookcases in order. Literature is classified chronologically while non fiction is classified by genre. “It happens that I grab a book and put it back randomly” reveals Caroline. “But I then pass behind you and put the book back to its place” assures Valentin who could get anxious if the bookcases were messy.

Readings

So, they live amongst books. Not really surprising when we know that Valentin is a writer. His readings depend of what his next novel is about. “I have obsessions. Cycles that last a few months. At the moment, I read a lot about French poet Chrétien de Troyes.” He reads also lot of literature – “where thought and poesy meet” – and theology – “it feeds my life”. Inside the books he likes, there are many manuscripts notes. “I kind of didn’t dare to do it at the beginning. But then, I decided that I could do what I wanted with my own books.” Caroline has studied philosophy and works now in a big university press. “I read literature as well. Although I just went through a biography period” she says showing us Watch Me by the actress Anjelica Huston and a biography about Roland Barthes. Valentin and Caroline have different tastes. Although they share admiration for a few authors, such as the Italian writer Cristina Campo.

Kids friendly

In a few months, Caroline and Valentin will change the organisation of the apartment. “One of our projects, explains Caroline, is to make a bookcase for our children in the living room.” Hermés and Elie are both great readers and they are lacking of space in their bedroom. “We want them to have an accessible bookcase where they can look for a book, read it and read it again if they want.” Caroline takes an illustrated children book that she loves to browse with her sons. “I have so much pleasure, reading with them”. It seems that the all family will enjoy the new bookcase.


A FEW BOOKS TO BORROW FROM CAROLINE AND VALENTIN:

A Story Lately Told by Anjelica Huston, Scribner: writing with an exuberant love of language and detail, Anjelica Huston shares her enchanted childhood in Ireland, her teen years in London, and her coming-of-age as a model and nascent actress in New York.

The Beautiful Fall by Alicia Drake, Bloomsbury: Drake presents a sublime and dramatic narrative about the high-chic fashion wars of 1970s Paris where two titanic geniuses and rivals, Yves Saint Laurent and Karl Lagefeld, collided and sparked a tumultuous décade.

Giacomo Joyce by James Joyce, Faber & Faber: a posthumously-published work by Irish writer James Joyces. Written in 1914, it was published by Faber & Faber from sixteen handwritten pages by Joyce. In the free-form love poem, presented in the guise of a series of notes, Joyce attempts to penetrate the mind of a « dark lady », the object of an illicit love affair.

Vous aimerez aussi !