NINN 1/2

19112015-IMG_7737
19112015-IMG_7853
19112015-IMG_7754
19112015-IMG_7730
19112015-IMG_7837
19112015-IMG_7835
19112015-IMG_7785
19112015-IMG_7836
19112015-IMG_7848
19112015-IMG_7758
19112015-IMG_7741
19112015-IMG_7851
19112015-IMG_7745
19112015-IMG_7805
19112015-IMG_7774
19112015-IMG_7775
19112015-IMG_7761
19112015-IMG_7825
19112015-IMG_7792
19112015-IMG_7731

La bibliothèque – Ninn nous reçoit dans la pièce principale de sa maison : une véranda baignée de soleil. En néo-marseillais, Ninn et son mari Guillaume entendent bien profiter de la lumière méditerranéenne toute l’année : « L’été, c’est notre salon, l’hiver, notre salle à manger ! » explique-t-elle. La décoration naturelle, bohème et d’inspiration zen est d’une simplicité apaisante. On se sent bien. On a envie de se laisser tomber dans un des fauteuils et de laisser partir les heures du jour. Depuis une grande volière, une famille de perruches Catherine (c’est leur nom !) se charge du fond sonore.

Les livres, nous les trouvons dans des paniers disposés entre la véranda et le séjour. « Avant qu’on emménage dans cet appartement, la bibliothèque occupait toujours un mur entier. Mais ici, nous avons un problème d’espace : il y a trop de fenêtres. » Et il fallait aussi garder une pièce dédiée pour leur collection d’instruments de musique afghans. Alors les paniers se sont imposés. « J’avais aussi envie d’une décoration plus zen où le livre ne domine pas » reconnaît Ninn. Ce qui a été un vrai gain d’espace s’est révélé une fausse bonne idée : « Je ne retrouvais jamais aucun des livres que je cherchais » Encore aujourd’hui, Ninn ne sait pas toujours où se trouve ses livres préférés. « Mais maintenant, je m’y suis habitué. Et ce sont comme des paniers surprises, je ne sais jamais sur quoi je vais tomber et cela me permet de relire des livres que je n’aurais pas pensé relire ». La joie de redécouvrir les livres de sa bibliothèque – ne dirait-on pas ici panier-thèque ?

Lectures – Si Ninn a découvert les plaisirs de la lecture vers l’âge de 15 ans avec Notre Dame de Paris de Victor Hugo, elle s’intéresse aujourd’hui moins aux romans qu’aux récits. Les œuvres de Evguénia Ginzbourg – Le vertige et Le ciel de Kolyma – l’ont beaucoup marquée. « Ma mère est ukrainienne, alors j’ai eu besoin de comprendre l’histoire de ce pays » nous confie-t-elle. Elle aime aussi les histoires d’aventures comme celle que Slavomir Rawicz raconte dans A marche forcée, les récits de voyages, notamment sur l’Inde, pays qui la fascine. On trouve aussi des livres d’artistes qui l’inspirent particulièrement, de Patti Smith à Louise Bourgeois.

En fouillant dans un autre panier, on découvre de nombreux livres sur la décoration intérieure. « L’une de mes grandes passions ! » dit-elle en attrapant Bohemian Living de Barbara Bestor : « Ce genre d’atmosphère correspond à mon univers, à ce que j’aime avoir autour de moi. »

Masques – Ninn et Guillaume se sont installés à Marseille il y a quelques mois. « Nous avons eu un vrai coup de foudre pour la ville, dès notre première visite. » Le changement de vie a été radical. D’autant qu’ils ont ouvert récemment, à deux pas du Vieux-Port, leur boutique-atelier Ninn Apouladaki. « L’histoire de cette boutique est étroitement liée à celle de notre couple » raconte Ninn. « J’étais fascinée par les maquillages que les femmes kosovares portent le jour de leur mariage. J’avais décidé d’aller rencontrer la dernière personne au monde capable de dessiner ainsi sur le visage des futures mariées. » Elle venait juste de rencontrer Guillaume et lui propose alors de l’accompagner. « Il n’a pas hésité ! » À leur retour, ils décident de se marier. En souvenir de ce voyage, Ninn créé des masques pour leurs invités, imprégnés de la magie des contes slaves de son enfance. Mais submergés par l’émotion, le jour du mariage ils oublient d’offrir les masques.

Ne sachant qu’en faire, Ninn décide de les vendre en ligne. Le succès est immédiat. Poussée par cet engouement inattendu, elle crée de nouvelles collections et décline son univers poético-féérique, qu’on retrouve, évidemment, aujourd’hui dans la boutique.

Bookcase

Ninn welcomes us in the main room of her apartment: the sunny veranda. As they are new to Marseilles, Ninn and her husband want to enjoy the Mediterranean sun all year long: “we use this room as our living-room in summer and our dining room in winter” she explains. The decoration, natural, bohemian and zen, is an invitation to conversation and discovery time. The family of Catherine parakeets (it’s their name!) that lives in a big cage takes care of the soundtrack. We are looking for the books and find them in several wicker baskets. “In my previous apartments, bookcase has always occupied an entire wall but here we have a problem of space. Too much windows and not much walls.” And they also need an entire room for their collection of afghan musical instruments. So came the idea of baskets. “I also wanted a more peaceful atmosphere where books wouldn’t be dominating” confesses Ninn. What was a gain of space turned out to be not such a good idea: “for months, I was unable to find the books I was looking for” and even now Ninn doesn’t always know where her favourite books are. “But now, I am happy because I understood that these baskets are full of surprises. I never know what I will find and it gives me the occasion to read some forgotten books”.

Reading

If Ninn discovered pleasure of reading at 15 with novels by Victor Hugo, she is now more into literary accounts that are inspired by reality. The works of Evguenia Ginzbourg have been very important to her. “My mother is Ukrainian so I needed to understand the history of this country” she tells. Ninn likes adventure and travel stories. But she also finds lot of inspiration with the lives of artist women such as Patti Smith and Louise Bourgeois.

Rummaging through Ninn’s baskets we find lot of books about decoration. “Interior design is one of my greatest passions” she says grabbing Bohemian living by Barbara Bestor: “this is exactly the kind of atmosphere that corresponds to my universe”.

Masks

Ninn and Guillaume moved to Marseilles a few months ago after they fell in love with the city during a short trip. This change of life has been more important than what they thought since it is in Marseille that they opened their concept-store Ninn Apouladaki. The story of this shop is very much linked to the one of their couple: fascinated by the traditional masks that women from Kosovo wear on wedding day, Ninn took Guillaume there to meet one of the latest persons in the world who can draw these mystical masks on the face of the future brides. Back from this trip, they decide to get married and Ninn, inspired by their trip but also by her Slav origins, makes masks for their guests. But on the wedding day, overwhelmed by emotion, she forgets to give the masks and decides to sell them afterward on Internet where they meet a great success. This was the starting point of the shop where they obviously sell the famous masks.

Vous aimerez aussi !